• Dead of Winter: A la croisée des chemins (+ Vin d’jeu d’aide) - FICHE DE JEU
  • 5

Dead of Winter: A la croisée des chemins (+ Vin d’jeu d’aide)

Note moyenne
8.17
(3 notes)
Mise en place: 20' - Règles: 55' - Partie: 120'
Année:
Auteur(s): ,
Editeur(s):
Catégorie: Expert
Nombre de joueurs: de 2 à 5 joueurs
Note moyenne des lecteurs (1 note)
7.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

906 Dead of Winter 1

SwatSh8,5 /10

Dead of Winter est un jeu qui fait un tabac aux Etats Unis.  Il faut dire que, tout comme Zombicide ou Zombie 15′, il est porteur d’un thème à la mode: les … zombies!!!  Et ce thème est très bien représenté dans le jeu grâce à l’ambiance graphique à la « White Stripes« : en noir/rouge/blanc et surtout grâce aux textes sur les cartes croisée des chemins qui sont jouées en général une à 2 fois par tour.  Et là déjà un grand chapeau aux auteurs du jeu qui ont écrit plus d’une centaine de cartes avec des textes d’ambiance se mariant super bien à l’effet qu’ils déclenchent et apportant une ambiance particulière et réussie.  On est réellement au sein de film d’horreur à frémir au moindre événement 😉

Mais ce n’est pas tout (d’ailleurs, le thème, et c’est heureux, ne suffit plus à faire le succès, il faut quelque chose derrière!), la grande particularité de Dead of Winter est d’être un jeu semi-coopératif … qui marche!  En effet, des jeux semi-coopératif, j’en ai déjà joué quelques uns (comme Archipelago ou Tomorrow par exemple), et jamais aucun ne m’a autant convaincu que Dead of Winter.

Petit rappel de ce qu’est un jeu semi-coopératif: les joueurs ont un objectif commun qu’ils doivent atteindre sinon ils perdent tous ensemble.  Mais ils ne gagnent pas ensemble et un seul joueur l’emportera.  Le danger de ce type de jeu est que les joueurs se sentant largués vont saboter le jeu pour que tous les joueurs perdent « quitte à perdre, autant perdre tous ensemble ».  9 parties sur 10 de ce type de jeu finissent comme ça et c’est assez frustrant.

La particularité de Dead of Winter est d’introduire 2 mécanismes qui vont atténuer cette tendance:
1) Chaque joueur a un objectif personnel secret.
Si le groupe atteint l’objectif commun et que le joueur atteint son objectif personnel, il gagne la partie.  Le truc c’est que si plusieurs joueurs atteignent leur objectif personnel ainsi que l’objectif commun, ils gagnent tous.  L’aspect collaboratif du jeu est donc accentué car les joueurs ne savent pas où en est chaque joueur avec son objectif personnel et va veiller à atteindre le sien tout en aidant le groupe à atteindre le sien également.  Ce n’est d’ailleurs absolument pas grave de gagner avec un autre joueur.
Dead of Winter présente un assez gros  paquet d’objectifs personnels (je dirais environ 35 cartes, c’est un peu plus que pour Troyes 😉 ) ce qui va varier vos parties considérablement.  Bien vu et chapeau pour l’imagination.  Juste un petit bémol quant à l’équilibrage, certains objectifs personnels étant plus simples à atteindre que d’autres.
Pour ce qui concerne les objectifs commun, le jeu en propose 10, et même si c’est beaucoup moins que les objectifs personnels, c’est déjà très bien pour un jeu qui aurait pu n’en proposer qu’un seul.  Bravo!

2) Le traitre
Pour distribuer les objectifs personnels, on va en piocher autant que le nombre de joueurs x 2, puis y ajouter une carte objectif traitre.  On va ensuite distribuer 1 objectif personnel par joueur à partir de ce paquet mélangé.  Autrement dit, il y a environ 1 chance sur 2 qu’il y ait un traitre dans la partie.  Cela va générer une ambiance suspicieuse des plus délicieuses.  De plus, ça va un peu frêner les ardeurs de sabotage des joueurs loin de leur objectif personnel car en voulant que le groupe échoue dans son objectif, ils vont aider le traitre à atteindre le sien!

La mécanique centrale de Dead of Winter est un système de choix d’action avec des dés assez original.  Chacun va jouer à son tour et au début chacun va jeter autant de dés qu’il n’a de survivants +1.  Il pourra ensuite faire toutes les actions à sa disposition (il y en a 13 différentes – Voir Vin d’jeu d’aide: Dead of Winter vindjeu V1– dont 6 nécessitent l’utilisation d’un dé dont le résultat doit quelques fois être supérieur à certaines valeurs).  Chaque joueur va gérer un groupe de survivants et comme le nombre de dés jetés dépend du nombre de survivants, au plus vous aurez de survivants, au plus vous aurez d’actions à réaliser mais également au plus de zombies apparaitront aux endroits où vous êtes présents.  Et pour avoir de nombreux survivants dans votre groupe, il va falloir fouiller certains lieux de la ville.  Et si vous fouillez, vous allez dépenser des dés précieux pour se battre contre les zombies.  Et c’est là le mélange subtil de Dead of Winter, fouiller pour soi les lieux mais pas de trop pour se laisser des actions disponibles en vue d’atteindre l’objectif commun.

Dead of Winter est le jeu semi-collaboratif le plus réussi que je connaisse.  Les joueurs vont réellement œuvrer pour atteindre l’objectif commun tout en veillant à son objectif personnel également.  Une ambiance suspicieuse règne tout au long de la partie car on va essayer de découvrir si un traitre se cache parmi les survivants ou non.  Non seulement on va jouer à un jeu, mais on va également suivre le déroulement d’un film gore.  Les mécanismes sont sympas mais on profitera pleinement du jeu en s’imprégnant de son ambiance et en décortiquant les faits et gestes de ses adversaires afin de déceler les soupçons de traitrise éventuels ou de l’encourager à de l’héroïsme pour le bien commun.  Le film a quelques fois des moments un peu trop lents mais dans l’ensemble il est passionnant et pas trop long (2 heures).

____________________________________________________________________________

Dan8/10

Alors que je ne suis à priori pas amateur u genre, j’ai plutôt bien aimé ce jeu semi-coopératif où les joueurs ont à gérer un objectif commun (sauf pour le traitre) et un objectif individuel.

Les règles peuvent paraître un peu lourdes mais elles sont au final facilement assimilées après un tour.  Le jeu est juste un peu lent (temps d’attente entre 2 tours de jeu).  Mais cela ne nous a pas empêchés de passer un bon moment.

____________________________________________________________________________

Tapimoket:  8/10

J’adore ce genre de jeu à l’ambiance qui vous fait froid dans le dos. Je ne parle pas que de la neige. Je ne parle pas, non plus, des zombies prêts à vous grignoter le cerveau. Mais je parle de la présence potentielle de « traîtres » parmi votre entourage alors que vous êtes en plein dans un jeu de coopération !

Ainsi, lorsque l’un des joueurs demande… » Si j’ai bien compris, si la mission foire, le traite gagne en fait… »

Bon… tout de suite, je l’ai ciblé celui là comme étant, bel et bien un traite. Pourtant, jamais il nous a mis de bâtons dans les roues.

Bon sang de bois ! Cela suffit… J’avais bien l’intention de me débarrasser de lui.

Comme personne ne l’accusait, j’ai donc défaussé moi même une carte là où il ne fallait pas, pour que les autres n’ai plus de doute et qu’il se fasse bannir…

Sauf que, comme une patate, j’ai juste oublié qu’il n’avait pas joué de cartes à cette manche. Cela a bien failli me retomber dessus !

Le reste de la partie n’a été que des regards de suspicion entre nous, alors que tout le monde s’acharnait à résoudre la coopération. Normal, car il n’y avait pas de traître en fait !

Bon je vous raconte tout cela pour vous dire que Dead Winter a parfaitement su planter son ambiance à travers un jeu, certes encore à l’univers « zombie », mais tout en apportant une bonne touche d’originalité  grâce à la combinaison d’objectif commun et d’objectifs secrets personnels dont la fameuse présence éventuelle de traîtres qui viendront tout faire capoter.

Les petits bémols, car j’en vois deux, c’est tout d’abord les cartes « croisée des chemins » qui sont trop souvent sans effet…. et un plateau central dont les illustrations auraient pu être plus travaillée au lieu d’une salle toute moche avec des cercles sur le côté…

Ceci dit le jeu ne m’a pas laissé de glace et j’ai dit tout de suite « Flocon en parle ! »

____________________________________________________________________________

Vin d’jeu d’aide: Dead of Winter vindjeu V1

Vin d’jeu d’aide print friendly version mise-à-jour par Ghislain de Jeuxdis (merci 😉 ):  Dead of Winter resume

____________________________________________________________________________

906 Dead of Winter 2

 

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

par limp
le meilleur jeux de zombies ?
Probablement le meilleur jeu de Zombies (avec "Zombies", si on veut jouer plutôt à un mix de jeu de plateau et de jeux de rôle). Ambiance à la "Walking Dead" bien rendue.

5 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Salut Tom, il suffit de les ouvrir toutes les 2 pour s’en apercevoir 🙂

  2. Tom dit :

    Bonjour,

    Quels sont les différence entre la Vin d’jeu d’aide: Dead of Winter vindjeu V1 et la Vin d’jeu d’aide print friendly version mise-à-jour par Ghislain de Jeuxdis ?

  3. SwatSh dit :

    Salut Serval,
    Si la mission commune n’est pas remplie un joueur n’atteint pas sont objectif personnel et ne gagne donc pas!
    Mais je comprends ta confusion, le terme « quel qu’en soit la raison » et lié au début de la phrase: « quelque soit la raison qui cause la fin du jeu ».
    Amuse-toi bien 🙂

  4. Serval dit :

    Bonjour
    Pour moi le meilleur jeu de 2014-2015 !
    Beau, limpide , thématique à souhait, DOW est une pure merveille. La jouabilité est son point fort car le victoire est loin d’être aisée même si elle est loin d’être insurmontable.
    Le matériel est parfait et les dessins sont immersifs…que demander de mieux ?
    Les esprits chagrins ne pardonneront pas la présence du hasard notamment sur le lancé de dé de risque qui peut faire très mal, du coup, son rôle est parfaitement rempli ; le chaos et les zombies, ça va forcément de pair !
    PS : Petite question sur votre sympathique aide de jeu : vous notez :
    Lorsque la partie se termine, quel qu’en soit la raison, un joueur qui a accompli son objectif personnel gagne la partie tandis qu’un qui ne l’a pas rempli la perd.
    Il peut avoir plusieurs gagnants tout comme il peut y en avoir aucun.
    Certains objectifs personnels sont plus difficiles à accomplir que d’autres.

    Le terme « quel qu’en soit la raison » me parait erroné (oui j’ose :)) , un joueur qui a rempli sa mission individuelle ne gagnera pas si la mission commune n’est pas rempli à minima.
    Voyez vous où je veux en venir 😉

  5. THOQUENNE dit :

    Super jeu… On retrouve une ambiance type « walking dead » très immersive !!!! âmes sensibles s’abstenir, dans DOW, pas le temps de s’apitoyer sur son sort, sur celui de ses copains ou sur celui des morts… la place est à la vraie survie qui ne tourne pas forcément à une chasse aux zombies. Car dans DOW, il faut penser à se nourrir, à nettoyer les poubelles, à soigner ses camarades tout en évitant que les zombies de vous mordent (ce qui peut arriver sans autre forme qu’un jet de dé !!!!!!!!
    J’ai également Zombicide qui parait bien fade à côté (d’ailleurs, je le vends, il est comme neuf avec les cartes protégées et le tout dans des boites d’origines… 60€ pour un prix d’achat à 80€).

    Dernier point, si vous êtes sur la région de Senlis dans l’Oise, venez voir notre association « joueurs nés » (site à visiter).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *