• Kemet - FICHE DE JEU
  • 2

Kemet

Note moyenne
8.18
(4 notes)
Règles: 50' - Partie: 170'
Année:
Auteur(s): ,
Editeur(s):
Catégorie: Expert
Nombre de joueurs: de 2 à 5 joueurs

Extensions:

Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh:  9 /10

Kemet est une des réussites d’Essen 2012.

Kemet est un jeu de gestion/baston pur et dur mais super bien foutu.

Ce qui est très chouette dans Kemet, c’est que les territoires apportent des points de victoires et un peu d’argent mais on ne retrouve pas le syndrome assez classique des jeux de combats: celui qui possède le plus de territoires est le plus puissant et reçoit le plus de revenus et les autres joueurs devront s’allier contre lui pour espérer pouvoir le battre.

Non, ici dans Kemet, l’accent est mis sur plusieurs singularités:
1) Jeu de combat avec avantage à l’attaquant: Si on gagne un combat en tant qu’attaquant, on gagne 1 PV. Le but du jeu étant d’obtenir 8 PVs, il « suffit » de gagner 8 batailles en tant qu’attaquant et le jeu est fini…!
2) Jeu de gestion d’actions et de pouvoirs
Chaque joueur dispose de 5 jetons actions qu’il va jouer sur son plateau personnel pour effectuer 5 actions par tour. Les actions sont rapidement expliquées: déplacer une troupe et éventuellement attaquer, engager des unités en payant suffisamment, récolter de l’argent, augmenter le niveau d’une de vos 3 pyramides en payant le prix ou acheter un pouvoir en sachant qu’il existe 3 couleurs de pouvoirs et 4 niveaux dans chaque couleur. Chaque couleur correspond à une pyramide et le niveau du pouvoir correspond à un niveau de pyramide. Autrement dit, avec une pyramide rouge de niveau 3, vous pouvez acheter un pouvoir rouge de niveau 3, 2 ou 1. Et les pouvoirs donnent des bonus intéressants aussi bien en gestion (certaines action coûtent moins ou rapportent plus), en défense ou en attaque avec entre autre des créatures mythiques qui peuvent accompagner vos armées et leur donner plus de force, de points de mouvements ou d’autres avantages.
3) Kemet est un jeu au hasard fort limité
Tout d’abord les combats se font à l’aide de cartes. Tous les joueurs possèdent les mêmes 6 cartes combats. La puissance de la carte combat jouée est à ajouter au nombre d’untiés impliquées et le joueur possédant la puissance la plus importante gagne le combat. Un système somme toutes assez proche de Dungeon Twister bien qu’un chouia d’hasard supplémentaire vient s’ajouter au combat par les cartes ID (interventions divines) dont on en distribue une à chaque tour à chaque joueur. Inutile donc de retenir par coeur les cartes jouées par vos adversaires puisque vous ne serez jamais sûr à 100% de votre victoire…

Pour conclure, je dirais que malgré 2 défauts:
1) Quelques fois un sentiment de tourner en rond puisqu’on va acquérir un territoire contenant un temple en perdant quelques unités en route. Un autre joueur en profitera pour vous prendre ce territoire que vous lâcherez au prix de la perte de nombreuses unités adverses afin de pouvoir vous venger ultérieurement en lui reprenant le territoire tant convoité, etcaetera.
2) Un effet kingmaking à la fin du jeu où le joueur à la traîne, en attaquant l’un ou l’autre joueur à la fin du jeu, pourra lui-même décider du gagnant de la partie. Dommage mais est-ce évitable dans un jeu de combat?
Kemet est, au final, un jeu de combat extrêmement bien foutu avec ce qu’il faut de gestion (les choix d’action et les choix de pouvoirs qui sont dans les plus difficiles du jeu et qui influenceront certainement sur l’issue de la partie), très peu de hasard et très dynamique vu les nombreux combats.

Nouvelle partie
Ce jeu est trop fort.  J’aime beaucoup l’équilibre qu’il faut gérer entre vouloir se développer et la course aux PVs.  J’augmente ma note à 9!


Philrey212: 7/10

Lorsque SwatSh avait annoncé qu’il préparait Kemet pour notre soirée suivante, j’étais pas très emballé. En effet, j’avais lu les règles (grossos-modo) pour Essen et elles ne m’avaient pas convaincues plus que ça.

Après notre partie, malgré de bonnes qualités, je reste sur ma première impression suite à cette lecture. En effet, j’ai trouvé cette partie fort longue et du coup provoquant un sentiment que les tours sont fort répétitifs. Je retrouve dans l’achat de tuile un air de Olympos: en effet, les tuiles donnent un pouvoir/avantage dés qu’on l’acquiert.

Ce que j’ai principalement retenu dans Kemet:
+ Nos 6 cartes que nous possédons pour la résolution des combats, tous les joueurs ont les mêmes: lorsqu’on en joue une, on doit aussi en défausser une. Ce simple fait permet de semer le doute quant à la main restante de l’adversaire;
+ Les cartes combats: bien équilibrée, elles permettent, même si on sait d’avance qu’on ne remportera pas la bataille, de faire perdre pas mal d’unités à l’adversaire, le laissant pas mal affaibli;

Comme dans beaucoup de jeux de ce genre, la fin de partie est toute tracée: tous contre celui qui a le plus de chance de l’emporter. Un peu comme dans Cyclades (aux mêmes Editions Matagot). Et donc, on reste un peu sur sa faim à la fin de la partie. Et c’est là que, pour moi, le jeu perd des points.

Mais nous avons tout de même passé une excellente soirée!


Pascal:     8/10

Ce jeu est vraiment très sympa.  Avec un matériel agréable, Kemet est un jeu de combat assez stratégique, fun et rapide.  Le nombre de zones définies sur le plateau est très limité, ce qui rend impossible de se développer dans son coin.  L’interaction est inévitable et les règles relativement simples permettent de rentrer dans le jeu très rapidement.

Les combats se résolvent en choisissant une carte parmi les quelques unes disponibles à chaque joueur, plus éventuellement des cartes « interventions divines ».  Le nombre d’unités dans son armée est également prise en compte.  Il y a donc moins de hasard et plus de contrôles que sur les jeux de combats basés sur les dés.

Le seul reproche que je ferais à Kemet est une durée très courte, comparée au temps de préparation : notre dernière partie à 2 joueurs s’est finie en plus ou moins 45 minutes, alors qu’il avait fallu pas loin de 2 heures pour la mise en place et l’explication des règles ! (l’extension Ta-Seti avait augmenté le temps nécessaire à préparer les tuiles, les unités, …)

Nouvelle partie
Deuxième partie un peu décevante.  Je n’ai pas eu le temps de préparer mes forces, que la partie était terminée.  Dommage que tout se soit emballé si vite.  Alors que je planifiais, je calculais, je préparais, je me renforçais, Swatsh a plié la partie en 40 minutes.  Le jeu ne se prête pas à de grandes stratégies, mais plutôt à des combats très rapides.


Thierry: 8,7 /10

De façon générale, je ne suis pas un fan de jeu de combats mais là je dois admettre que Kemet est bien foutu.

En fait, Kemet est un jeu assez complet car il présente un beau cocktail de gestion (choix des actions), de stratégie (choix des pouvoirs et des territoires à envahir p.e.) et de combats.

La mécanique du jeu (faire évoluer les pyramides, développer ses armées, se déplacer d’un territoire à un autre, acquérir des pouvoirs, etc.) est relativement abordable et très agréable à jouer. L’interaction entre joueurs est évidemment forte compte tenu des frottements inévitables entre armées et cela anime bien la partie. Le déroulement du jeu est assez original (phases nuit / phases jour) tout comme celui des combats (points d’attaques, de défense, cartes spéciales,…).

Bref, vous l’aurez compris, ce jeu m’a beaucoup plu et je vous le recommande vivement


Avis et notes des lecteurs
Pas encore de note !
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

2 de réponses

  1. Loïc dit :

    Hello les vindjoueurs !
    Juste une petite intervention pour indiquer que j’ai fais une traduction française des tragédies des 2 extensions sorties en anglais.
    Et c’est dispo sur la fiche du jeu sur boardgamegeek.
    N’hésitez pas à réagir en commentaire sur la page du fichier si vous voyez des fautes ou des termes mal choisi (et je pense qu’il y en a plein !).

    Et par rapport à la remarque de Philrey sur le plaisir du rôle du Mastermind. Alors ce n’est qu’un ressenti sur 2 parties (1 de chaque côté), mais comme régulièrement dans ces jeux à 1vsX le rôle du « 1 » peut être plus complet, complexe, bref plus intéressant niveau mécanisme (bien sûr il ne profite pas du bon côté de l’entre aide de cerveaux, ou encore ici, du côté mystèrieux, puisqu’il connait tout). Utiliser tous les leviers proposés par le scénario (qui n’en est pas vraiment un finalement) pour réussir à créer des fausses pistes fut vraiment très amusant. Je riais en écoutant les « enquêteurs » persuader de certaines choses pourtant fausses. C’était avec une tragédie de base qui est pourtant très limité en possibilités.

  2. Loïc dit :

    Hello les vindjoueurs !
    Juste une petite intervention pour indiquer que j’ai fais une traduction française des tragédies des 2 extensions sorties en anglais.
    Et c’est dispo sur BGG : https://boardgamegeek.com/filepage/147959/recueils-de-tragedie-des-extensions-en-francais
    N’hésitez pas à réagir en commentaire sur la page du fichier si vous voyez des fautes ou des termes mal choisi (et je pense qu’il y en a plein !).

    Et par rapport à la remarque de Philrey sur le plaisir du rôle du Mastermind. Alors ce n’est qu’un ressenti sur 2 parties (1 de chaque côté), mais comme régulièrement dans ces jeux à 1vsX le rôle du « 1 » peut être plus complet, complexe, bref plus intéressant niveau mécanisme (bien sûr il ne profite pas du bon côté de l’entre aide de cerveaux, ou encore ici, du côté mystèrieux, puisqu’il connait tout). Utiliser tous les leviers proposés par le scénario (qui n’en est pas vraiment un finalement) pour réussir à créer des fausses pistes fut vraiment très amusant. Je riais en écoutant les « enquêteurs » persuader de certaines choses pourtant fausses. C’était avec une tragédie de base qui est pourtant très limité en possibilités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *