• Gizmos - FICHE DE JEU
  • 0

Gizmos

Note moyenne
8.33
(3 notes)
Mise en place: 10' - Règles: 10' - Partie: 40' - Meilleur score: 39
Année:
Auteur(s):
Editeur(s): ,
Distributeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh:  8,5/10

Gizmos c’est la bonne surprise de ce début d’année. Quand on voit la boite peu attirante, on ne s’attend à pas grand chose de cette nouveauté CMON traduite en Français par Edge.

Pourtant Phil Walker-Harding, son auteur, n’est pas un inconnu puisqu’il a déjà réalisé de nombreux jeux tels que le sympathique Cacao.

Déjà après la lecture des règles qui s’expliquent en 10 mintes et qui tiennent sur 2 pages, et certainement après y avoir joué, l’affiliation avec l’excellent Splendor saute aux yeux. Attention, les jeux ne sont pas du tout similaires mais ils ont un tronc commun de jeu épuré, où l’on construit un moteur basé sur le gain crescendo en ressources.

Dans Gizmos pourtant, il n’y a pas de ressources à prendre par 2 ou 3. Non, ici les ressources se distribuent par un étrange système de toboggan que vous devrez construire avant votre première partie. Avec ce système, seules 6 ressources, tirées au hasard, sont disponibles pour la joueuse active. Ces ressources sont représentées par des billes de 4 couleurs différentes. Ces billes vont glisser dans l’appareil le long du toboggan pour que vous n’en voyiez que 6 disponibles. Vous aurez deux manières de les acquérir, soit en choisissant une des 6 visibles, soit en en prenant une au hasard dans la réserve.

Au centre de la table sont disposées 9 cartes appelées les bidules: 4 cartes de niveau 1, 3 cartes de niveau 2 et 2 cartes de niveau 3. Evidemment, plus on monte de niveau, plus le coût d’acquisition est élevé et plus l’effet est important.

A son tour, un joueur a le choix d’exécuter une des 4 actions possibles:

  1. Prendre une des 6 billes du présentoir et la placer dans son cercle limité à 5 billes maximum
  2. Prendre un des bidules et le placer dans ses archives ne pouvant contenir qu’un seul bidule
  3. Construire un des bidules exposés ou un des bidules de ses archives en payant son coût et en le plaçant en-dessous de son présentoir sous la colonne correspondante au type de bidule (j’y reviens)
  4. Regarder les 3 premières cartes d’un des paquets de bidule, en choisir un et le construire en payant les ressources nécessaires ou le placer dans ses archives

Les effets des bidules sont principalement de 3 types:

  • Augmenter vos capacités: le nombre de billes autorisées dans votre stock, le nombre de cartes autorisées dans vos archives ou le nombre de cartes qu’on peut regarder quand on fait la 4e action
  • Vous permettre de réaliser une autre action quand vous en réaliser une. Par exemple:
    • quand vous placez un bidule dans vos archives, prenez une bille au hasard dans la réserve
    • quand vous construisez un bidule vert, prenez une bille du présentoir
  • Pouvoir utiliser une bille d’une certaine couleur pour une bille d’une autre couleur

Evidemment, au fur et à mesure que vous allez acquérir des bidules, vous allez créer des enchainements de plus en plus puissants accélérant la partie et vous rapprochant de sa fin qui arrive dès qu’une joueuse a 16 bidules devant elle ou 4 bidules de niveau 3. Chaque bidule apporte des PVs fixes ou suivant des conditions. Vous pouvez également acquérir des PVs supplémentaires en cours de jeu grâce à des bidules qui en apportent quand vous réalisez certaines actions.

Bien que Gizmos et Splendor sont bâtis sur un tronc commun, Gizmos s’en détache suffisamment pour susciter l’intérêt. Tout comme pour les autres jeux de ce genre, il est inutile d’y chercher un quelconque thème et mieux vaut se concentrer sur sa mécanique pour y prendre du plaisir. Son système de billes est un peu surfait et aurait pu être facilement remplacé par un système de cartes ou de dés. Il n’empêche qu’il apporte au jeu une particularité supplémentaire et une sensation différente. Evidemment, il plaira principalement aux amatrices de Splendor qui ont envie de découvrir autre chose dans le même genre mais pas qu’à elles. Gizmos apporte une légère profondeur supplémentaire grâce aux effets divers de ses cartes (bien qu’ils pourraient être plus variés à mon sens) et à ses cartes apportant des PVs selon certaines conditions que les joueurs devront veiller à atteindre. On peut regretter un léger déséquilibre dans les cartes orientant un peu trop les choix et limtant les stratégies mais ne boudons pas notre plaisir tant ce jeu renouvelle bien l’effet Splendor 🙂


Nouvelle partie

C’est marrant comme les sentiments peuvent être partagés après une partie de Gizmos.

D’un côté, on est un peu déçu de la faible interaction du jeu. Si on voit un adversaire profiter d’une combo puissante, on ne sait rien faire contre et restons spectateur de son jeu. Le tout est de sauter sur les cartes les plus intéressantes au centre de la table avant vos adversaires.

Mais malgré cette faible interaction, le jeu est plaisant et permet pas mal de combinaisons différentes donnant envie d’enchainer les parties et rendant le jeu assez addictif. Aller, j’augmente ma note à 8,5 là-dessus 😀


PhilRey:  8,5/10

Première partie de Gizmos: YouPlay 2019 à Bruxelles. Tout de suite emballé par le jeu: règles rapidement assimilées, tours rapides, partie pliée en 50 minutes, explications incluses. Bref, on en redemande parfois de ce type de jeu.

En ce qui concerne la mécanique, on retrouve la simplicité de Splendor: 4 actions possibles mais on en fait qu’une seule à chaque tour. Ici, on construit des Bidules. On ne s’attend donc pas à y voir un thème quelconque.

Selon moi, Gizmos est un cran au dessus: il ajoute une dimension « combo » nettement supérieure à Splendor. En effet, chaque bidule, non seulement rapporte des PVs (et encore pas tous) mais apporte un bonus à une action ou une capacité. Par exemple, si on se base sur la photo ci-dessous, les deux joueurs ont super développé l’action Construire. Cela leur permet de faire d’autres actions (piocher une bille par exemple) à chaque fois qu’ils choisiront de construire un bidule.
Les choix des cartes est du coup un peu moins flagrant que dans Splendor.

Par contre, 1 petit point plus négatif: impossible de bloquer un adversaire. Dans Splendor, si on remarque qu’un joueur vise une carte en particulier, on peut la « réserver » juste pour le bloquer/ralentir. Dans Gizmos, c’est nettement plus difficile tellement les possibilités sont plus variées.

En bref, on reste sous le charme de Gizmos!


Tapimoket : 8/10

J’avoue être un grand fan de Phil Walker Harding, l’auteur. Tout le monde connait le fameux Cacao (le jeu) qui a remporté un bon succès, mais mes coups de cœur sont plus en faveur de Gingerbread House que j’adore pour sa simplicité et sa grande profondeur, ainsi que Bärenpark (Un jour, si j’ai le temps, je viendrais parler de ces deux là plus en détail ici même).

J’avais aussi entendu parler de Gizmos et de son succès lors de la GenCon 2018, et j’ai eu la chance de le découvrir un peu avant Cannes, mais je n’avais pas écris ici à son sujet. Il est donc temps d’en parler !

Gizmos est un jeu de combos. Les combinaisons constituent d’ailleurs 90%, au minimum, de la mécanique du jeu. Le but étant d’acquérir des « bidules » (Gizmo en anglais) qui seront enclenchés par d’autres bidules. Les combinaisons seront en cascade, voire exponentielles.

SI le thème est finalement assez léger, comparé à un autre excellent jeu de combinaisons qu’est Ganymede, il permet une infinité de combinaisons. Je conseillerais, même, de bien choisi ses cartes afin de créer une stratégie conductrice et non éparpillée dans tous les sens.

Avec l’enchaînement de plusieurs parties, on apprendra même à sortir le nez de son tableau de bord et regarder si on peut gêner ses adversaires.

L’autre point que j’apprécie beaucoup, c’est une durée bien mesurée de partie. Celle-ci sera suffisamment longue pour se créer, justement, de belles combos, mais suffisamment courte pour avoir envie d’y rejouer et aussi pour ne pas arriver à trop de calcul entre tous nos enchaînements en fin de partie.

Enfin, le matériel est plutôt sympathique avec le distributeur et toutes ces billes. Je regrette juste la fragilité et la mocheté du « tableau de bord » personnel. Personnellement, j’aurais rehaussé le thème avec celui-ci, en présentant une paillasse de laboratoire et un personnage associé, cela aurait été plus chaleureux.

En résumé, le matériel est plutôt sympa, et la mécanique s’enchaîne bien et reste fluide avec une durée de jeu bien mesurée. On prend plaisir à créer ses combinaisons gagnantes.



Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation en 6 minutes par Philrey

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *