• Splendor - FICHE DE JEU
  • 6

Splendor

Note moyenne
7.88
(4 notes)
Règles: 10' - Partie: 25'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Famille
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
pub pub pub

 

SwatSh:  8,5 /10

Splendor est le premier jeu d’un nouvel éditeur sur le paysage Français appelé Space Cowboys.  Space Cowboys est le regroupement de grandes personnalités du monde du jeu issues de différents éditeurs dont Asmodée, Ystari et Gameworks.  J’étais donc très curieux de découvrir ce Splendor tant attendu.

A la lecture des règles, j’étais assez déçu tant elles étaient très voire trop simples.  Un peu comme le grand succès du moment: les bâtisseurs.  A votre tour, vous avez le choix entre 4 actions:
1) Prendre 3 diamants différents.  Ces diamants sont présentés sous forme de jeton de poker du plus bel effet.  Ils sont très agréables à manipuler contrairement à des jetons en carton qui auraient tout aussi bien pu faire l’affaire.
2) Prendre 2 diamants identiques.  La gestion de ses diamants est assez sympa et permet de bloquer les adversaires dans certaines couleurs si on arrive à les garder sans les dépenser avant un bon moment.
3) Réserver une carte et recevoir un jeton diamant joker.
4) Acheter une carte en payant la combinaison de diamants demandée.  Les cartes les plus faciles à se procurer ne rapportent aucun point mais au plus difficile est la combinaison, au plus de points elle rapportera.  L’aspect ingénieux du système est que la carte donne un diamant d’une des 5 couleurs gratuit pour tout achat futur.

Et c’est ici tout l’aspect ingénieux du système.  Au début, il sera assez difficile de se procurer des cartes, mais au fur et à mesure de l’avancée du jeu, grâce aux diamants gratuits donnés par les cartes que vous aurez acquises, il sera de plus en plus aisé de vous procurer les cartes les plus puissantes en points de victoire.

De plus, plusieurs nobles viennent s’ajouter au schmilblick.  Ces nobles proposent une combinaison de cartes que vous devrez obtenir pour pouvoir recevoir la carte noble et marquer des points bonus supplémentaires.

Vous allez donc accumuler les cartes pour pouvoir non seulement vous payer les cartes les plus puissantes mais également remplir les conditions pour pouvoir obtenir le bonus de certains nobles avant vos adversaires.

Splendor reste pour autant un jeu très simple et à privilégier en famille mais il n’est pas du tout dépourvu d’intérêt et de subtilité.  La machine fonctionne et on en redemande et il n’est pas rare d’engranger les parties les unes après les autres tellement il est addictif.  Alors que sur papier Splendor ne paye pas de mine, en y jouant, on l’apprécie à sa juste valeur: une réussite dans son genre.

Nouvelles parties

C’est toujours un grand plaisir que de sortir sa boite de Splendor, de se remémorer ses règles très rapidement et d’y jouer en une demi-heure.  Une demi-heure de pure concentration, on est ailleurs, on déconnecte, on est dans l’optimisation, la course poursuite, la tension et le plaisir.

Splendor est splendide et j’augmente ma note de 8 à 8,5.  Bravo Marc André, bravo les Space Cowboys!


Tapimoket:   8/10

Premier jeu édité par les SPACE COWBOYS…

Oui, les Space Cowboys est bien un film où des anciens astronautes vétérans sont regroupés pour une mission spatiale qu’ils seront les seuls à pouvoir mener. Mais c’est aussi un peu ça dans le monde du jeu, avec un groupe de vétérans du jeu (CROC, CYRIL DEMAEGD et SEBASTIEN PAUCHON) qui décident à leur tour de se réunir pour créer une maison d’édition. Leur premier choix se tourne alors vers SPLENDOR, un jeu plutôt simple d’un auteur plutôt méconnu : Pascal Quidault. On aurait pu s’attendre à un bon gros jeu de figurines avec CROC, un bon gros jeu de développement avec Cyril ou un bon gros jeu tordu avec Sébastien… Mais non…

SPLENDOR est un jeu familial, un jeu où les règles tiennent en deux pages, et encore… Et c’est justement cette simplicité qui va permettre à SPLENDOR d’être facilement mis en place et rapidement explicable et donc…. Jouable par un large public.

Au vu des règles, SPLENDOR parait un jeu très simple, trop simple au premier abord. Mais le manque de jeton va rapidement se faire sentir. Il va falloir jongler entre les choix proposés par les cartes et sa réserve de jetons ou de cartes déjà construites. La « réservation » va vite devenir un atout majeur, mais sera très limitée.

Enfin, un certain stress va s’installer pour espérer que personne ne prenne la carte que vous convoitez. Bien entendu, si vous êtes repérés, on ne se gênera pas à bousculer votre stratégie en la prenant avant vous.

SPLENDOR fait partie de la famille des jeux à la fois simples à appréhender, mais assez subtils et courts pour avoir envie d’enchaîner deux ou trois parties. Un peu comme le récent « bâtisseurs », si je devais le comparer.

Le matériel est de bonne facture, quoique des cartes toilées aurait été un plus. Les jetons sont particulièrement jolis et solides et la boîte permet de ranger tout ça correctement. Les illustrations sont plutôt surprenantes et donnent un aspect « photographique ». Ce n’est pas trop de mon goût mais au moins cela a le mérite d’être original.


Philrey212:  7,5/10

Splendor est un jeu rapidement expliqué et (normalement) rapidement joué. Il n’offre pas vraiment de nouveauté ludique mais intègre bien l’existant. Sa force est sa simplicité à jouer, assez épuré. En effet, on utilise ses pierres précieuses pour acquérir des cartes. Au début, les cartes de niveau 1 car les autres sont trop chères. Ensuite, grâce au bonus de ces premières acquisitions, on pourra acquérir les cartes de niveau 2 et 3.

Un jeu facile à sortir qui ravira certainement un large public.


Chaps8 /10

Splendor… Voilà longtemps que je n’y ai pas joué, mais je l’ai parfaitement en tête, un jeu bling bling des plus sympathique.

Nous sommes des marchands de pierres précieuses que nous récoltons, ramenons des mines, vendons aux nobles… Et… oui, bon, ok… Le thème c’est pour le decorum, parce-que Splendor est avant tout une mécanique et un jeu abstrait que l’on a habillé d’atours agréables.

Car le matériel est parfait, les illustrations sur les cartes très belles et les jetons de poker… Choix judicieux ! Ils représentent les pierres précieuses et leur manipulation est jouissive ! Grace à la qualité du matériel, même si le thème est une façade, en ce qui me concerne je suis comme M.Jourdain, je joue à un jeu abstrait sans le savoir…

Donc on a des cartes communes à tout le monde sur la table, on peut les “acheter” avec des pierres précieuses (5 types différents + 1 pièce d’or “joker”). Le coût en nombre et type de pierres précieuses varie et les cartes rapportent plus ou moins de point de victoire (parfois aucun). Le but : avoir 15 points de victoire avec les cartes.

A chaque tour on prend des pierres précieuses, 3 différentes ou 2 identiques. On ne peut pas en prendre 2 identiques s’il n’en reste pas suffisamment mais on peut créer de la pénurie en en prenant 3 différentes. Puis quand on a ce que l’on veut (maximum 10 pierres chacun) on achète les carte et là, LE twist du jeu :

Sur chaque carte est dessiné une pierre précieuse et une fois la carte acquise,  cela correspond à une pierre que l’on possède (ou une réduction comme vous voulez) ! J’ai besoin de 3 diamants pour une carte, j’en possède une avec un diamant dessiné dessus, alors je n’ai plus qu’à rajouter 2 diamants que je pioche sous forme de jeton de poker. ET si quand on paye on remet les pierres précieuses – jetons dans la banque, la réduction en pierre obtenue par les cartes est elle pour toute la partie, elle ne se consomme pas. Et sachez que certaines cartes rapportant beaucoup  de points demandent plus de pierres précieuses que vous ne pourrez en avoir sous forme de jeton de poker, donc utiliser les cartes comme source permanente de pierre est indispensable.

Donc en fonction des cartes devant nous on va mettre en place une stratégie du type : je veux cette carte avec plein de points, il me faut tel et tel pierres précieuses donc je vais avant aller prendre cette autre carte et celle-là qui m’apporte chacune la pierre dont j’ai besoin et j’ai donc déjà besoin de tel et tel jetons pour prendre ces premières cartes….

Sauf que l’on ne joue pas tout seul et que la carte que l’on veut un adversaire peut la prendre, soit parce-qu’il en a besoin, soit parce-qu’il est attentif… En effet, en voyant ce que stocke l’adversaire en pierre on se doute bien de ce qu’il veut prendre et donc on peut lui prendre sous le nez la carte qu’il conjointe.

En plus on peut prendre une carte sans la payer ! Pendant que l’adversaire économise pour la prendre dans 3 tours…

Ho ? C’est vache ça ! Oui et non car sans payer on réserve la carte face cachée près de soi (3 maximum) et on pourra la payer plus tard pour en bénéficier. Ainsi on met des bâtons dans les roues des autres ou/et on échappe à la concurrence (nouveau twist), car une carte réservée ne peut plus être convoitée par les autres et son coût devient masqué… Sauf pour ceux qui ont bonne mémoire.

Bien sûr du coup plus la partie avance plus on a de carte plus il est facile d’en prendre de nouvelles, plus on a de cartes , plus il est facile d’en… etc… Donc le jeu commence lentement, s’accélère pour finir sur les chapeaux de roue  avec une fin qui brutalement se précipite. Car celui qui gagne est celui qui a fait 15 points avec ses cartes.

Cela a un inconvénient. Si vous laissez un joueur “s’échapper” il peut se retrouver dans une situation où il ne peut plus être rattrapé… Et le jeu perd tout son intérêt…

Mais si vous êtes attentifs, prévoyez vos stratégies de prise de cartes en fonction de ce qui est le plus demandé sur le plateau, sur plusieurs tours, si vous savez rebondir quand quelqu’un vous prend la carte qu’il vous fallait absolument et utiliser à bonne escient la mise de coté de carte face cachée, on a un jeu tendu à très forte interaction.

Voilà  du familial qui peut se révéler fort cérébral…


Belboudin8.5/10

Ah Splendor !

Ce qui me frappe au départ c’est le poids des jetons, la qualité d’ensemble du jeu avec une règle simple mais bien présentée, des cartes bien illustrées et une furieuse envie de jouer.

Après le problème c’est qu’une fois la règle lue cela fait pschitttt tellement le jeu semble plaqué et formaté pour plaire au plus grand nombre. Mais passé la déception du moment il faut reconnaître que le jeu fonctionne particulièrement bien, avec une furieuse envie d’y retourner à peine une partie terminée. Ainsi il y a une tension graduelle à mesure que les cartes se cumulent chez les joueurs et que la fin de partie se profile.

Il est rare pour moi qu’un jeu promette autant, déçoive aussi fortement de suite après pour au final se révéler parfaitement dans son rôle de jeu familial ! Splendor j’adore ! 🙂

Un jeu abordable, beau, très stratégique pour réussir à gagner.


Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

6 de réponses

  1. Crenom dit :

    Non non, tu te trompes math, on peut acquérir plusieurs nobles.
    Amuse-toi bien,
    SwatSh.

  2. math dit :

    Je pense pas qu’on puisse récupérer deux nobles comme sur la photo…

  3. Francois Xavier dit :

    Bonjour,

    Jeu découvert au festival des jeux de valence.

    Il m’a beaucoup plu pour sa facilité d’accès et sa mécanique très fluide.

    Ca permet de taper le « carton » en famille.

    Ma conjointe adore le jeu.

    D’ailleurs, elle gagne pratiquement à tous les coups et ce peu importe le nombre de joueurs.

    Néanmoins, pour ma part, je me contenterai de lui attribuer une note de 7/10 car il n’est pas non plus révolutionnaire dans son principe.

  4. Crenom dit :

    Merci Serval & Matthias pour vos avis pertinents 🙂
    Amusez-vous bien,
    SwatSh.

  5. Serval dit :

    Cinq parties de Splendor et rien à redire, cela tourne plutôt bien, nonobstant le thème complètement absent (c’est pour moi le point noir du jeu).
    On y revient de temps en temps car les mécanismes restent assez fluides et porteurs, sa durée de vide semble donc assez prometteuse.
    le matériel est effectivement de très bonne facture.
    Reste qu’il reste un point essentiel, je n’ai toujours pas gagné 😉
    6.5/10.

  6. Matthias dit :

    Un 9/10 pour moi. Splendor est particulièrement addictif.
    La mécanique est simple mais très bien huilé, c’est une affaire qui marche.
    Les jetons type poker contribuent au plaisir de jouer.
    Le thème est plaqué, mais ça n’enlève rien aux jolies illustrations.

    J’aime beaucoup aussi les bâtisseurs, mais je préfère Splendor, dont le brisage de neurones est moins douloureux.

    @Philtap, l’auteur est Marc André et non pas Pascal Quidault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *