• Dreamscape - FICHE DE JEU
  • 15

Dreamscape

Note moyenne
8.62
(4 notes)
Règles: 35' - Partie: 140' - Meilleur score: 69
Catégorie: Expert
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de , , , joueurs
Fabriqué en: Chine
Langue: Français
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

SwatSh: 7,5/10

Il y a quasi 2 ans, nous avions eu la chance de jouer au proto de Dreamscape juste avant le lancement de sa campagne de financement participative. J’en gardais un très bon souvenir.

Et force est de constater que la version finale du jeu a tenu toutes ses promesses. Le matériel, tout d’abord, est splendide. Que ce soit les pions joueurs, les petites bougies, les rêveuses, les sapins ou Monsieur Cauchemar, tout est en bois figuratif, splendide. Ce matériel est supporté par de merveilleuses illustrations de l’auteur lui-même. Et tout ça est super agréable et contribue beaucoup au plaisir du jeu. Les joueuses se construisent elles-mêmes leurs propres rêves et tout ça est magnifique.

Les mécaniques de jeu n’ont pas beaucoup changé. Dreamscape se joue en 6 tours et durant chaque tour, chacun à son tour 😉 , va déplacer son rêveur sur le plateau central afin de récupérer des fragments de rêve et réaliser une action bonus si possible. Vous allez fonctionner avec un système de points d’action. Vous en possédez 4 à chaque tour et chaque point vous permet de prendre le fragment de rêve le plus à droite du lieu où vous êtes situés ou de vous déplacer d’un lieu à un autre. Posséder des fragments de rêves de la même couleur que celui situé tout à gauche d’un lieu permet de s’y déplacer sans devoir dépenser un point d’action. Chaque lieu permet de réaliser une action bonus comme pouvoir déplacer des fragments de rêve, en piocher un au hasard, piocher une carte objectif ou retirer des fragments de son plateau personnel. Toutes ces actions bonus vont vous permettre de réaliser, à l’aide de vos fragments, les objectifs de vos cartes rêve.

La seconde phase du tour consiste à placer les fragments de rêve récupérés sur son plateau personnel afin de satisfaire les objectifs de paysages dessinés sur les cartes objectif. Une fois réalisée, la carte objectif est retournée et on peut en piocher une nouvelle. Chaque carte objectif permet également de réaliser des actions bonus qui vous permettront de plus facilement réaliser ces objectifs.

Les cartes objectifs sont séparées en 3 paquets de niveau de difficulté croissant. Progressivement, en cours de partie, on va passer d’une difficulté à une autre profitant d’un effet crescendo savoureux.

Depuis sa version proto, Dreamscape a bien évolué. Aussi bien au niveau du matériel qui est sublime qu’au niveau des règles. Alors qu’il était quasi impossible de réaliser des cartes de niveaux 3 dans la version proto, maintenant, cela est tout à fait possible bien que cela soit très challenging. Dreamscape reste néanmoins un jeu plus tactique que stratégique. Il intègre un système d’objectifs communs qui lui donne un aspect plus stratégique avec lequel les joueuses devront jouer si elles veulent espérer l’emporter. Mais l’essentiel du jeu consiste à réaliser ses objectifs personnels. L’interaction est donc assez faible bien qu’il faille surveiller les actions des autres si certains objectifs de majorités sont activés pour la partie (chaque partie a des objectifs différents tirés au hasard). Pour le reste, vous allez essayer d’optimiser vos actions et actions bonus pour réaliser vos objectifs personnels. Ca va être assez casse-tête et vous vous féliciterez quand vous réussirez à réaliser certains objectifs en un minimum de coups. De plus, ces défis vont aller crescendo et vous vous surprendrez à réussir à en réaliser certains qui vous semblaient impossibles de prime abord. Ce sont ces côtés défis et optimisations tactiques sous fond de vue plus stratégique qui apportent toute sa saveur à Dreamscape servi, qui plus est, avec un matériel et des illustrations de rêve.

Nouvelles parties dont quelques en solo

Cette période de confinement a été l’occasion pour moi de jouer à Dreamscape en famille et en solo. Ca m’a permis aussi d’affiner un peu mon avis sur le jeu.

Tout d’abord, je trouve que le jeu, sans ses extensions, n’est pas si complexe que ça car le jeu est tout à fait jouable avec des joueurs occasionnels et même en milieu familial. Finalement, il n’est pas si compliqué que ça et consiste essentiellement à remplir des contrats. Et pour y arriver, il suffit de récolter les ressources nécessaires et d’exécuter les actions spéciales du plateau et de vos cartes pour bien les agencer. J’ai légèrement descendu ma note vu cette simplicité. Non pas que je recherche de la complexité par dessus tout mais cette simplicité engendre une certaine répétitivité et les parties se ressemblent bien souvent. On commence avec une carte de niveau 1, pour vite passer au niveau 2 et au niveau 3 et revenir à un niveau 2 en fin de partie pour être sûr de la réussir.

Dreamscape reste bien entendu un excellent jeu, très poétique et dont son système classique d’objectifs communs va contribuer à une relative variabilité des parties, même si elles ne sont pas aussi variées que je ne l’aurais espéré.

J’ai été par contre déçu de sa version solo. C’est un système un peu bric à brac où vous jouez contre Monsieur Cauchemar qui va récolter toutes les ressources du lieu où il se trouve et exécuter quelques actions quand il aura réussi à récolter suffisamment de ressources de chaque couleur pour les défausser et en exécuter les effets. Ces effets vont lui permettre d’avancer plus vite, de placer des pions cauchemard, de vous voler des jetons et de gagner des PVs. Un peu à l’image du jeu compétitif, Il n’y a pas de grande interaction avec Monsieur Cauchemar si ce n’est que vous avez intérêt à lui voler les ressources avant qu’il ne les récupère. Encore faut-il qu’elles soient intéressantes pour vous et que vous avez les moyens de vous déplacer jusque là. Je préfère simuler 2 joueurs que de jouer à cette version un peu « abstraite ». A noter également que la version solo n’est malheureusement pas compatible avec les extensions.


Ren: 9,5/10

Après une loooooooongue attente, nous avons enfin pu jouer à la version finale de Dreamscape. J’avais reçu un proto il y a (un peu plus de) deux ans à Essen, et j’étais immédiatement tombé sous le charme. Le plaisir était déjà grand, mais rien ne remplace un jeu finalisé, nickel chrome 24 carats. Surtout pour un jeu avec des illustrations aussi sublimes que celui-ci! Longue attente donc. Du coup mon avis allait-il évoluer par rapport à la bonne quinzaine de parties que j’avais jouées avec le proto? Que nenni! Mon avis ne bouge pas d’un iota, ce jeu est définitivement une perle!

Après il faut préciser que ce jeu n’est pas pour tout le monde. Sous des dehors « gentils » et bienveillants (merci les illustrations douces et apaisantes), le jeu est absolument redoutable. Pour le maîtriser il vous faudra être une experte, et même dans ce cas vous n’allez pas réussir à le dompter après seulement une ou deux parties!

Le pitch du jeu reste bien évidemment identique: vous allez devoir réaliser des rêves, en récoltant des fragments et en les assemblant pour répliquer un paysage. A chaque tour (il y en a 6), vous aurez 4 points d’action à dépenser pour vous déplacer et récolter des fragments de rêves. Vous allez devoir optimiser vos déplacements (en essayant de réaliser un maximum de déplacements gratuits), optimiser l’utilisation des pouvoirs disponibles sur le plateau central (il y a en a 6 différents, 1 dans chaque lieu du plateau, et vous pouvez en utiliser par tour), et optimiser les pouvoirs de vos cartes rêves (toutes les cartes ont un pouvoir, vous pouvez utiliser un fragment pour utiliser celui de vos cartes rêves non terminées, et celui de votre dernière carte terminée).

A cela il faut ajouter la gestion des fragments de cauchemar (extension présente dans le jeu de base, avec laquelle il est indispensable de jouer), fragments qui vous vaudront des points négatifs à la fin, mais que vous pouvez changer en n’importe quel fragment une fois que vous en avez 3. Donc délicieuse gestion entre ne pas en prendre du tout ou en prendre suffisamment pour que cela vous profite!

On saupoudre tout ça avec une bonne visualisation spatiale nécessaire pour réaliser vos rêves, un bon lien thématique (les fragments bleus sont de l’eau, les verts servent à faire des arbres, les gris sont des montagnes, les bruns des chemins…) et des illustrations comme déjà dit sublimes.

Et on ajoute comme cerise sur le gâteau cette courbe d’apprentissage absolument… pentue, qui vous obligera à jouer plusieurs parties avant de pouvoir pleinement exploiter toutes les possibilités du jeu.

Et vous obtenez un superbe jeu, beau, aux règles simples mais complexe à maîtriser, avec une excellente rejouabilité tant il vous faudra pas mal de parties avant de vraiment comprendre et maîtriser tous les enchaînements possibles. On pourra éventuellement reprocher un petit manque d’interactivité mais ce serait vraiment pour pinailler.

Dreamscape? J’en rêve! Et on y reviendra certainement dans les mois à venir avec les extensions que je me réjouis déjà de découvrir!

Nouvelles parties

Nouvelles parties de Dreamscape (dont certaines avec les extensions, chroniquées par ailleurs), et je ne retire pas une virgule de ce que j’ai écrit ci-dessus (et dans la fiche du proto). Ce jeu est une pure merveille. Il est beau, les règles sont tout à fait accessibles mais il a une très grosse courbe d’apprentissage, il a une durée raisonnable… bref à part l’éventuel incompréhension entre le ramage et le plumage (j’achète un joli jeu pour enfants mais en fait c’est un jeu pour experts) je ne lui vois pas beaucoup de défauts.

Alors oui on ne va pas y jouer tous les jours 6 mois d’affilée. Mais quel jeu vous donne envie d’y jouer tous les jours sans lassitude?


Tapimoket : 9,5/10

Après l’attente insoutenable pour obtenir le jeu, la patience a payé. Dreamscape est un véritable coup de coeur. Les illustrations sont superbes et le matériel est soigné pour nous plonger complètement dans l’univers. Les règles sont juste au bon niveau pour à la fois s’adresser à des joueurs aguerris mais aussi des joueurs plus novices. L’ensemble mécanique est très agréable et malin à souhait. A chaque partie, vous aurez envie de recommencer pour vous améliorer encore et encore.

Certes les jeux où il faut se créer des empilements de pièces existent déjà, mais celui-ci apporte son lot de nouveautés. Le hasard sera un poil présent avec le tirage de bonnes cartes qui se combinent bien entre elles .. ou pas. Toutefois, on ressent, malgré tout, la possibilité d’une grande maîtrise qui vont s’améliorer dans une belle courbe de progression.

Bref, j’aime beaucoup. Un must à découvrir


PhilRey: 8/10

Et bien par rapport au proto auquel nous avons eu la chance de jouer il y a 2 ans, mes sensations de jeu restent les mêmes.

Dreamscape est toujours autant magnifique et le graphisme splendide sans être trop surchargé. Bon, j’avoue, c’est très subjectif 😉

Il est calculatoire et tactique, et il n’est pas rare d’attendre que les adversaires aient effectué toutes leurs actions. Malgré cela, le jeu est accessible et facile à prendre en main. Ce qui n’est pas le cas de la maîtrise de la bête 😉

Si vous aimez l’interaction entre les joueurs, vous devrez passer votre tour sur Dreamscape car ici, chacun joue dans son coin. Ce n’est pas un défaut en soi, plein de bons jeux manquent cette caractéristique et ils sont bien appréciés, mais il faut le savoir avant de s’engager dans ce jeu très tentant et attirant par ses illustration et sans doute également sont thème bien particulier.



Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation par Ren de la version démo en 13 minutes


Le Banyuls est un excellent vin doux naturel rouge
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

15 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Salut Goet,
    On tourne autour de 69 points.
    Et non, si tu connais les règles du jeu solo et des extensions, tu remarqueras facilement qu’elles ne sont pas compatibles.
    Santé, et amuse-toi bien chez toi

  2. Starfan dit :

    Bonjour à tous! Je jeu est magnifique mais il ne m’a pas du tout convaincu,on sort très vite du thème avec des mécaniques casse tête qui partent dans tous les sens(la règle est très mal faite,je trouve) et je me suis ennuyé à mon grand désespoir car Dreamscape était un jeu que je désirais acquérir depuis un certain temps et que je désirais vaiment aimer. C’est juste pas fait pour moi,en tout cas je n’ai pris aucun plaisir à poser des disques colorés sur des plateaux pour recréer un schéma sur une carte. Et effectivement,je jeu solo est encore plus indigeste,je n’ai même pas terminé la partie. Bref,une grosse déception pour ma part mais je suis content qu’il plaise au plus grand nombre car le jeu semble avoir été créé par des passionnés.

  3. Goet dit :

    Bonjour,

    J’aurais deux petites suite aux nouvelles parties de Swatch :

    – Quel est l’ordre de grandeur de vos scores lors de ces nouvelles parties (à 2 joueurs ou plus) ?

    – D’où vient l’affirmation que les extensions ne sont pas compatibles avec le mode solo ? Je n’ai pas joué en solo et donc encore moins essayé avec extension mais je n’ai rien vu dans les boîtes précisant une incompatibilité et un ami m’a dit qu’elles étaient compatibles.

    Bon jeu à tous

  4. SwatSh dit :

    Merci Pierric pour ton ajout au débat. C’est quand même marrant les ressentis. Les expériences ludiques peuvent être très différentes pour un même jeu. Personnellement, je n’ai pas ressenti de temps d’attente trop long entre le jeu de chaque joueur surtout que la phase de placement des éclats de rêve se fait simultanément (sauf quand il y a de la multiple pioche de cartes mais là aussi, rien n’empêche de réfléchir tous en même temps). Santé et amusez-vous bien!

  5. pierric dit :

    Pour ma part, c’est vrai que je ne suis pas fan des casse-tête donc comme Jon Boing, ce n’est pas ma tasse de thé mais de ce côté, je comprends que ça puisse plaire. Par contre, que le temps d’attente soit si long et que arrivé mon tour, je me dise : « voyons, qu’est-ce que je peux faire avec ça ? » me dérange quand même beaucoup. Je suis même gêné pour les autres joueurs qui attendent quand moi même je joue. Pour dire… Alors Barrage, pour le coup, c’est un peu l’inverse. L’interaction est tellement forte que le jeu est très punitif. Même trop pour moi. Je crois que je suis chiant en fait…

  6. Jon Boing dit :

    Bonjour à tous ! Pour le paysage en commun, on s’était effectivement dit avec des amis joueurs que ça risque de générer du chao. Mais une extension dans ce sens ne serait pas pour me déplaire 🙂 Après, je suis parfaitement d’accord sur un point : si on maitrise totalement le jeu, on peut commencer à sortir la tête de son plateau et s’intéresser aux autres joueurs. En 1000 fois plus light, Azul m’avait fait le même effet. Les premières parties : tu es concentré sur ton plateau. Mais avec le temps tu t’intéresses plus aux autres joueurs…. C’est mon grand rêve : pourrir le rêve des autres ! 🙂 Non je blague 🙂 Comme je l’ai déjà dis, je ne recherche pas uniquement le poutrage dans un jeu, mais plus une expérience commune. Merci pour Barrage. Je ne connais pas. Je vais me renseigner 🙂 Cette année (2019-2020) j’ai découvert Descendance et La quête du bonheur qui m’ont bien plus. Même s’ils sont plus light. Je leur ai trouvé une réelle profondeur et pas mal d’interaction. Et en gros jeu, projet Gaia. 25 partie à mon actif et toujours autant de plaisir. Bonne journée à vous les joueurs. Merci pour l’échange et … jouez bien ! Ludiquement 🙂

  7. Ren dit :

    Et pour répondre à la question, j’ai eu quelques discussions avec Sylex et l’auteur, ils ne m’ont jamais parlé d’un paysage à réaliser en commun (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne l’ont pas envisagé un jour).

  8. Ren dit :

    Bonjour tout le monde, très sympa en effet d’échanger sur ce sujet, merci Jon Boing de l’avoir lancé! Ca permet d’encore mieux décrire le jeu pour se faire sa propre opinion. Et merci à Ocelau d’avoir parfaitement résumé mon point de vue (je n’ai même pas besoin de faire le boulot, c’est top!). Si on cherche de l’interaction directe, du poutrage, du « je me mêle du jeu de ma voisine en allant piétiner ses plate-bandes », effectivement Dreamscape n’en présente pas. Mais au niveau interaction indirecte c’est énorme! D’autant que le jeu, comme je l’ai écrit dès la critique du proto il y a 2 ans, présente une énorme courbe d’apprentissage. Il faut vraiment jouer pas mal de parties avant de le maîtriser. Et cette courbe d’apprentissage s’applique aussi à l’interaction. Au début on croit qu’elle est faible. Mais une fois qu’on sait jouer, qu’on comprend comment faire des points, ce qui fait la différence à la fin de la partie, et bien on se rend compte qu’elle est en fait assez importante.
    Alors clairement ce n’est pas l’interaction du type « je t’envoie 2 croiseurs dans la tronche, je détruis toute ta flotte de destroyers ». Donc si vous aimez ça, Dreamscape n’est pas pour vous. C’est plus de l’interaction indirecte, subtile, complexe. Mais elle est bien présente (sans compter un point non mentionné par Ocelau, la gestion des fragments de cauchemar, cruciale).
    Au final, chacun son truc, on a la bonheur de vivre à l’âge d’or du jeu de société, donc il y en a pour tous les goûts! Et merci encore à Jon d’ouvrir la discussion de manière constructive et positive!
    PS et je rejoins Ocelau à 100%, vu ce que tu décris tu devrais t’éclater avec Barrage (idéalement à 4 joueuses, même si tu auras déjà ta dose de bonheur à 2 ou 3 joueuses): plateau unique, tout le monde se marche sur les pieds, on utilise les infrastructures de l’autre, on se pique les places, on se pique les contrats… je pense que tu vas être heureux 🙂

  9. ocelau dit :

    @Jon Boing
    Je comprends mieux ce que tu évoquais par interaction. On est effectivement d’accord sur la notion de casse-tête, c’est un genre particulier mais du coup je le trouve cohérent ici, c’est à dire qu’il a l’interaction adaptée. Après en terme d’ambiance, mes parties de Dreamscape ont toujours été animés. Ca râle au moment de la prise du plateau , ça jauge où les autres en sont (objectif, scores et prise de risque) et même quand on est rivé sur notre plateau on entend régulièrement circuler des « arg ça passe pas » ou au contraire « allez je peux encore en faire un » 🙂 .
    Un paysage commun ça aurait pu être sympa (peut-être envisagé , peut-être Vin d’jeu qui ont connu le jeu tôt savent ? ) mais on se serait heurté au problème de chaos : pas évident de faire des motifs, donc si en plus le voisin bouge en même temps ça deviendrait impossible (avec les problématiques de faire/défaire les coups).

    ps : vu tes attentes et goûts, si tu ne connais pas je ne peux que te conseiller Barrage 😉

  10. Jon Boing dit :

    C’est sympa, je trouve, ce sujet de discussion. Merci à tous pour vos commentaires. Je vais préciser ma pensée derrière le mot ‘interaction’.
    Tous les points développés par ocelau ne sont pas pour moi ce que je cherche comme type d’interaction dans un jeu de société. Car ça pourrait être une intelligence artificielle qui changerait ces variables (fragments, sapins, cartes disponibles… ) cela reviendrait au même. Le casse tête n’en est que plus compliqué (et c’est tant mieux ) mais ce qui est demandé au joueur, là, c’est de s’adapter à des variables aléatoires qu’un ordinateur pourrait générer. Je ne cherche pas non plus le poutrage sur un jeu. Mais le fait que chacun fait son rêve dans son coin sur un plateau individuel donne cette impression de jeu solitaire (même si on choisit nos actions et fragments sur le plateau du milieu pour les mettre en pratique dans nos rêves individuels). Ca passe très bien pour des jeux courts (welcome, encore, Sagrada…) mais un jeu long où c’est quand même pas évident de s’occuper quand les autres joueurs jouent… J’ai le même problème avec le jeu »très futé ». J’y joue jamais à plus que deux joueurs pour la même raison. Prenons l’exemple de Concordia . Mon grand coup de coeur de l’année 2019 pour moi. C’est pas un jeu de poutrage. Mais le fait que toutes les actions se passent sur un plateau commun, ça change tout. Idem pour Caylus, Troyes, T’zolking, Great western…. pour ne citer qu’eux. Des gros jeux où le poutrage n’est pas l’objectif et où chaque joueur à sa propre stratégie. Mais le plateau commun donne un vrai sentiment de jeu de société . Ce n’est pas que Dreamscape soit mauvais, loin de là. Mais pour moi je le range dans les casse-têtes. Même s’il y a un plateau « commun » pour le choix des actions menées individuellement; Et comme la plupart des jeux de cette catégorie, je préfère y jouer seul qu’en société. Peut être qu’un rêve commun aurait changé la donne pour moi… 🙂 Ludiquement votre

  11. SwatSh dit :

    Suis assez d’accord avec ton argumentation ocelau.

  12. ocelau dit :

    Je suis toujours surpris de lire l’absence d’interaction à ce jeu. Alors oui c’est d’abord un jeu casse-tête, donc le plaisir est d’abord là. On n’est pas là pour se poutrer. Mais l’interaction est loin d’être absente :
    – fragments disponibles : assez souvent il n’y en a pas assez pour tout le monde (les blancs notamment) donc ça se pousse pour aller les chercher
    – sapin : en quantité limitée. Quand arrivent notamment les derniers tours, ça peut devenir très lucratif si un joueur fait la main basse dessus. On peut aussi se retrouver en risque si le paysage qu’on veut faire en demande et qu’on ne les a pas encore récupéré
    – les objectifs : la plupart sont souvent avec une condition « le plus ». Généralement la différence (entre joueurs un peu habitués) se fait très souvent là dessus donc la bataille peut être rude (parfois on pourra même prendre l’orientation de ne plus prendre d’objectif pour se concentrer là dessus).
    – ordre du tour : conditionne entre autre les 3 critères ci-dessus. Perso, je me place volontairement tôt dans le tour quand je vois par exemple qu’il me manque un type de fragment et qu’il n’y en a plus.
    – Mr Cauchemar si on joue avec pour empêcher notamment l’action déplacement , souvent cruciale pour faire les objectifs élevés
    – le côté « push your luck » du jeu, si c’est serré il va falloir prendre le risque de réussir un nouveau 3, sinon c’est peut-être plus prudent d’en rester à un 2.
    – la répartition des fragments : plus les joueurs prennent un type de fragment et moins il y a de chance d’en voir apparaître de nouveaux.
    En fait je ne vois pas beaucoup moins d’interaction que la plupart des jeux de gestion de construction. Et le problème c’est que sur ce genre de jeu casse-tête si on avait pu facilement casser ce que font les adversaires , le jeu aurait été incontrôlable et pour le coup sans intérêt).
    Quant au temps d’attente c’est justement le moment de calculer ce dont on a besoin et on peut commencer à anticiper les différentes manières possibles (bien plus facile que par exemple Five Tribes qui a ce syndrome) .

    C’était un contre avis sur un contre avis, aux lecteurs de voir où ils se positionnent 🙂

  13. pierric dit :

    Salut,
    Totalement d’accord avec Jon Boing. Et non seulement il n’y a pas d’interaction, mais on ne peut pas prévoir son tour avant que tous les joueurs aient joué le leur. Et ça peut être très très long car c’est un jeu très tactique, très calculatoire. Du coup, en attendant son tour, qu’est-ce qu’on fait ? Ben on s’ennuie grave !! Qu’est-ce que c’est long ! Alors certes, l’idée de départ est bonne, certes le jeu est beau mais quand même… J’accepte que les tours de jeux puissent être longs comme dans Cérébria. Mais dans ce cas, on tremble en regardant ce que les autres vont faire. On anticipe. Ici, c’est impossible car tout dépendra des pions qui restent. En résumé, personne n’a aimé avec 7 joueurs différents… Je suis circonspect…

  14. SwatSh dit :

    Merci pour ton commentaire Jon. C’est un aspect que j’ai également relevé dans mon avis. Santé et amuse-toi bien !

  15. Jon Boing dit :

    Salut les joueurs, merci pour votre site que je suis toujours avec grand plaisir. Je me permets pour une fois de donner mon avis sur un jeu tant celui-ci est différent des notes plus que positive que vous lui attribuez. Et tout ça pour un point précis : Perso, (et sans chipoter 😉 ) le manque d’interactivité m’a vraiment gêné. Beaucoup de joueurs de mon club ne le sortent plus à cause de cette raison. Le jeu est superbe, mais pour moi, c’est pas un jeu de société mais plus un jeu à jouer en mode solo tant l’interaction est inexistante si vraiment on veut se casser la tête sur son rêve. J’ai eu beaucoup d’espoir avec les extensions comme la Corneille mais là aussi ça n’a pas suffit à créer autour de la table une ambiance sympa. Chacun fait son rêve. Il a beau être super beau, c’est comme dans la vrai vie quand on dort à côté de quelqu’un. On se fou royalement de ce qu’il rêve. 🙂 Bien sur, c’est un avis perso, et c’est simplement pas mon type de jeu. Mais je connais beaucoup de gens qui au final on été rebuté par le manque d’interaction. Et vu que le jeu reste super cher et que vous le notez super bien, j’attire l’attention sur le faite que pour certaines personnes comme moi, le manque d’interaction dans un jeu de société à ce point là , c’est vraiment gênant. Ludiquement vôtre 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *